No Money Kids, Portraits

Musique
Théâtre L’Atalante (Paris), MaMA Festival 2015
16 octobre 2015
Nouvel album « I don’t trust you », Sortie le 30 octobre 2015

Pas d’arrangements gadgets ni de concepts bling-bling, mais du rock qui cingle, les No Money Kids le scandent dans leurs refrains : ils ne feront pas de manières. Shuffle blues, guitares rageuses et nappes électro,décor lo-fi et esthétique vintage, les Kids taillent dans l’os, de manière frontale, animale, et polis- sent leurs pépites à la sueur.

À chacun ses bijoux de famille : en 1963, lors d’un gala donné en présence de la reine Elizabeth, John Lennon provoquait l’assistance : “Les premiers rangs, vous pouvez vous contenter de secouer vos bijoux.” Avec No Money Kids, les rombières se seraient étranglées avec.
Leur ruée vers l’or n’a duré que deux ans.
Né d’une rencontre en studio en 2013, le duo parisien, composé de Félix Matschulat (guitare-chant) et JM Pelatan (basse-machines-samples), ne lambine pas et sort un premier EP “Old Man” en mars 2014. Le duo électrique décroche la finale de nombreux tremplins (Paris Jeune Talents, Give Me Five, Tremplin Solydays/RATP, Play It Indie...), tape dans l’œil des médias puis éc- ume les salles et les festivals (Blues-sur-Seine, Aurores Montréal, Culture Aux Quais...).
À la fin de l’année, le groupe s’entoure de partenaires professionnels avec le tourneur Nueva Onda, l’éditeur Alter-K et le label Roy Music.
Les Kids prennent de la bouteille, pas du pinard ou des bulles bourgeoises, mais un bon vieux whisky tour- beux. Faut que ça décape, à l’image de leur premier album “I don’t trust you”, dans lequel ils esquissent la misère sociale : l’exclusion (“Government”), l’homosexualité (“Man”), la marginalité (“Vagabond Train”) ou la vieillesse (“Old Man”). Des Kids génération Larry Clark. Autant d’hymnes rock qui ont séduit les “music supervisors” en France et à l’étranger (Puma, la série “Night Shift”, le film “Baby, Baby, Baby !”...). La preuve que les Kids ne sont pas toujours des sales gosses.

Site officiel