Cheick Tidiane Seck, "Timbuktu - The music of Randy Weston"

Musique
43e édition de La Défense Jazz Festival, Esplanade du parvis de Paris La Défense, La Défense (Hauts-de-Seine)
21 septembre 2020


En littérature, on dit souvent qu’il ne faut pas confondre l’auteur et l’œuvre. On peut être un écrivain humaniste et un triste sire, on peut être un poète réactionnaire et un chic type. Eh bien, en musique, surtout dans le jazz et les musiques improvisées, ce n’est pas tout à fait la même donne, tant le musicien ressemble à sa musique et vice-versa. Et rarement être humain n’a autant concordé avec ses créations que Cheick Tidiane Seck. L’homme est ce qu’on appelle une crème : dans le sens où c’est un pianiste profondément généreux, mais aussi parce que sa musique a quelque chose du baume réparateur. En six morceaux de Randy Weston (dont deux versions opposées du sommet « Ganawa (Blue Moses) »), le pianiste malien adresse une véritable prière afro-jazz à son aîné américain, rencontré sur scène en 2016.